image

PARCE QUE C'EST PAS FINI.

Tu connais les films tournés avec des téléphones portables par les réfugiés qui sautent du bateau en arrivant en Europe ? Ben j'ai les mêmes. Tu sais pourquoi ? Parce que, parfois, en Indonésie, les mecs oublient de faire  le plein. Et toi, tu te retrouves à dériver dans l'océan Indien, sur un bateau, à 17h soit une demie-heure avant le coucher du soleil, sans pétrole, avec les marins qui poussent sur des grandes perches pour éviter que le bateau ne s'écrase contre les rochers. Puis tu dérives, avec les 75 autres passagers, jusqu'à échouer sur une plage où les mecs font sauter tout le monde du bateau dans l'eau.

 

Bon bah c'est cadeau. La plage était pommée, les locaux morts de rire, et nous on a attendu les navettes jusqu'à 20h, mais avant il fallait retrouver la route, à une dizaine de minutes de marche dans le noir et dans la jungle, à la lumière des portables et au son des "GANGGARI GANGGARI" ( le nom de la compagnie qui a pour slogan, ça ne s'invente pas, "We deserve better"). 

 

Alors je vous laisse imaginer le fou rire qui ne nous a pas quitté entre le moment où on a sauté du bateau et l'arrivée à Padangbai, qui se situe à 1h30 de scooter de la maison.