Bule, n.m. : étranger
Bule gula, n.m. : étranger taré
Extrait du petit dictionnaire de Suofei en vacances.

Et maintenant devine dans quelle catégorie je suis classée. Effectivement, partir à Lombok sans planifier quoique ce soit à part l'heure à laquelle on se lève n'est peut-être pas la chose la plus intelligente du monde à faire. Donc levées à 6h (!), nous avons roulé deux heures en scooter pour atteindre le port de transit de Bali vers les îles du Sud. Fastboat sur place (où il faut négocier évidemment, parçe que le type t'anarque cordialement) Puis tu prends tes tickets et tu veux monter sur le bateau quand, hop, magique, "now you have to pay a tax. Yes it's new, just from July to August." Est-ce que tu connais ce moment où on te prend pour un pigeon ? Ambiance Ibiza sur le bateau, avec l'océan Indien bleu turquoise, les îles autour, la musique électro pleines baffles sur le pont et des bières locales. Non il n'est jamais trop tôt pour une Bintang (bière locale). Et là, sur le bateau, nous découvrons évidemment que le bateau arrive au nord de l'île, alors que nous avions rendez-vous au Sud. Petite blague : cinq fois, nous avons posé la question de savoir combien de temps il fallait de Bangsal à Kuta, et nous avons eu 5 réponses différentes bien sûr, avec un écart-type de trois heures. Décidant de faire confiance à notre ami Google Maps, décidément notre sauveur ici, nous décidons de faire les 1h30 en scooter. A l'arrivée donc, deuxième défi : passer entre les hordes de "taksi taksi", "transport, transport", "good price" pour dénicher un scooter à louer. Et nous voilà parties, bule gula que nous sommes, sur les routes intérieures de Lombok, dans la jungle (oui alors encore une fois, il faut éviter les singes sur la routes), les villages et les villes qui n'ont clairement pas l'habitude de voir des bule. Et toi, clairement, tu ne t'arrêtes pas dans Lombok pour pique-niquer.

 

20251368_1555185177890301_574252555_o

20226493_1555188357889983_138378231_o